Mon père, ma mère, mes tremblements de terre

Mon père, ma mère, mes tremblements de terre de Julien Dufresne – Lamy aux Éditions Belfond

Avant, je pensais que sous les meubles, on ne cachait que les armes du crime. Les affaires sales. Les bouteilles d’alcool ou les boite de capotes. Maintenant, c’est différent. J’ai compris qu’on pouvait même y cacher une vie. “

Du haut de ses quinze ans, Charlie est en plein chaos émotionnel et cela fait quelques temps que ça dure. Ce n’est pourtant pas dû à sa crise d’adolescence, loin de là, il n’a d’ailleurs même pas le temps d’y penser, ni même de l’envisager.

Apres deux années sismiques terriblement éprouvantes qui ont terrassé sa famille, il patiente auprès de sa mère, dans cette salle de l’hôpital, attendant la fin de l’opération de son père.

” Dans l’hôpital, les questions me brûlent la langue. Est-ce que, derrière ces portes, il y a d’autres gens comme mon père ? Des gens qui se métamorphosent façon mythe ? Ou des gens qui doutent, hésitent à franchir le cap, des femmes et des hommes pour qui c’est le flou, toute cette histoire d’origine ? Ça doit arriver. Peut-être que, derrière cette cloison, des gens consultent pour la première fois avant de livrer bataille ?

Mon père et ses tremblements de terre, j’y pense tous les jours. “

À la fin de cette nouvelle épreuve, une fois l’opération terminée, son père aura disparu pour laisser la place à Alice.

En attendant, Charlie se remémore tout le chemin parcouru depuis ce fameux jour où son père s’est révélé.

Une longue route où il a croisé le mépris, le rejet, l’incompréhension, la colère, le doute, la solitude, face aux autres qui ne pensent qu’à juger.

Malgré sa jeunesse, malgré la douleur, malgré toutes ces perturbations, il a cherché à comprendre, son père, sa mère, ses tremblements de terre.

” Tout ce qui n’était pas joli joli, je le gardais pour moi. Le magma. La lave. Les secousses magnitude 7. “

Une dernière secousse pour Charlie, pour qu’enfin la vie continue avec Elles, ses deux héroïnes.

Ce que j’en dis :

Julien Dufresne – Lamy ne cesse de me bouleverser à chaque roman, et c’est avec bonheur et une confiance absolue que je me suis plongée dans son dernier roman, sans même m’attarder sur la quatrième de couv’ . De toute façon rien que le titre me plaisait déjà, et même sans l’avoir déjà lu, je n’aurais pas hésité une seconde.

Je fais partie des gens qui aiment le hors norme, les rebelles, les différents, les incompris, les oubliés, les cygnes noirs, enfin vous voyez quoi… peut-être parce que j’en fais partie d’une certaine manière. Alors cette plume rebelle qui met en lumière les jolis, jolis monstres et tous leurs tremblements de terre ne pouvaient que me plaire.

Ce nouveau roman fait justement écho au précédent  » Jolis jolis monstres “ ( ma chronique ici) en mettant cette fois en scène un jeune garçon qui se retrouve confronté à la transidentité au cœur de sa famille.

Tout comme Charlie et sa mère, on attend le cœur serré la fin de l’opération, tout en découvrant à travers l’introspection de Charlie, toutes les épreuves qu’ils ont subi tous les trois en attendant ce fameux jour, où il va devenir elle.

Du jour de la révélation, en passant par la métamorphose puis le jugement des voisins, des collègues de travail de son père, des camarades de Charlie, du rejet, des souffrances et autres interrogations de sa mère, de la perte de travail, de toutes ces conséquences face à un choix de vie diffèrent des autres.

Et malgré tout, l’amour n’a jamais quitté le foyer et c’est plus fort, plus unis que jamais, que cette famille que certains qualifieront de ” hors – norme « , va poursuivre sa route, même si d’autres secousses continueront à faire trembler la vie qu’ils ont adopté.

Julien Dufresne – Lamy, nous offre une histoire touchante, aussi puissante qu’un volcan en éruption, un tremblement littéraire qui  » lave  » les idées préconçues, à travers une plume poétique, engagée aux services des incompris où l’amour brûle dans les cœurs des plus valeureux.

C’est à découvrir absolument tout comme ses précédents romans, parce qu’il a un talent fou ce jeune écrivain, et une plume extraordinaire vous pouvez me croire. Et puis on a besoin d’ écrivains comme lui pour bousculer, mettre un peu de désordre chez ceux qu’on surnomme les bien-pensants aux idées hélas très arrêtées… pour les faire trembler à notre tour.

Pour info :

Julien DufresneLamy a 32 ans. Il vit à Paris.

Il est l’auteur de plusieurs romans dont : Dans ma tête, je m’appelle Alice (Stock 2012), Deux cigarettes dans le noir (Belfond 2017) Les Indifférents (Belfond, 2018), Jolis jolis monstres (Belfond 2018) qui a reçu le Prix des blogueurs et le Prix Millepages.

Mon père, ma mère, mes tremblements de terre est son cinquième roman.

Il est aussi l’auteur de plusieurs textes pour la jeunesse.

Je remercie les Éditions Belfond pour cette rébellion littéraire percutante et bouleversante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s