Le sourire de Jackrabbit

Le sourire de Jackrabbit de Joe R.Lansdale aux éditions Folio

Trader l’anglais (États-Unis) par Frédéric Brument

“ […] Mais commençons par le commencement. J’ai l’impression d’un malaise sur les différences de couleur. Si les Noirs, les basanés, les rouquines super séduisantes comme ma femme, ou les personnes exceptionnelles comme moi, vous posent un problème, alors ça ne sert à rien qu’on discute. ”

Être dérangé le jour de ses noces, franchement c’est abusé, surtout par une famille qui transpire le racisme à plein nez, y’a qu’à voir leurs tatouages. Mais voilà, ces intégristes religieux n’ont plus de nouvelles de leur fille surnommée Jackrabbit, et il semblerait qu’après avoir fait le tour des agences de détectives privés, ils n’aient pas trouver mieux que la leur.

Et puis pour Hap et Leonard, nos deux détectives c’est pas un problème, au contraire ça les amuse.

“ […] tu peux m’expliquer pourquoi il y a une pastèque, des gâteaux et de la liqueur de malt sur le bureau ?

– Si ces deux-là se pointent, j’ai pensé que ça collerait au stéréotype. J’adore les asticoter.
– Pas aujourd’hui, dit Brett. Range-moi ces trucs. J’y ai réfléchi toute la nuit. Ce sont peut-être des connards, mais s’ils nous engagent, ce seront nos connards de clients, alors traitons-les comme tels. Libre à nous de les détester en dehors des heures de travail. ”

Même s’ils doivent passer par Marvel Creek, où la fille a été aperçue, une petite ville reculée du Texas, bien connue pour son côté raciste et où une bande de fanatiques fait sa loi.

Ne vous fiez pas aux apparences, Hap et Leonard même s’ils ont de l’humour et de l’esprit, ils sont bien plus dangereux que ceux qu’ils poursuivent, rien ne les arrête, et une chose est sûre, avec eux on ne s’ennuie pas.

Petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas encore notre duo d’inséparables.

Si Hap est blanc, hétéro et idéaliste, Leonard lui est noir, homo et républicain, toujours prompts à la deconnade quelque soit la situation.

Faut pas avoir peur du politiquement incorrect comme on dit dans le jargon littéraire, car s’ils mouillent leur chemise allant jusqu’à avoir chaud aux fesses, toi lecteur, tu vas franchement t’éclater jusqu’à pleurer de rire.

Nouveau volet de la série mettant en scène ce duo dont on ne se lasse pas, où Lansdale nous entraîne au cœur de l’Amérique sombre mettant sous le feu des projecteurs les laissés pour compte, faisant d’eux de magnifiques loosers.

Lansdale c’est trop de la balle, vous auriez tort de passer à côté.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s