Napalm dans le cœur

Napalm dans le cœur de Pol Guasch aux éditions La Croisée

Traduit du catalan par Marc Audi

“ Tout baignait dans une puissante lumière phosphorescente le matin où nous trouvâmes des cercles de poissons flottant sur l’eau et des nuées d’oiseaux au sol, réunis une dernière fois pour mourir ensemble. Ce fut le jour d’après. Il y avait d’abord eu une détonation très forte, la lumière avait jailli de l’Usine et avait voilé le ciel, et puis le silence. Un silence implacable, invisible. “

Sur un territoire inconnu, une guerre mystérieuse a éclaté contaminant l’air ambiant.

À la suite de ce jour maudit, les habitants se retrouvent confinés chez eux.

“ Le mal du monde est déjà fait. ”

Une nouvelle langue apparaît.

“ Ils parlaient la langue qu’ils voulaient qu’on parle et que nous ne parlions pas. ”

Et au milieu de ce chaos la naissance d’un amour interdit.

“ Sa façon de m’aimer, parfois, m’effraie. Lui est brutal, et moi je me laisse seulement emporter par ce qu’il me fait, par sa façon de me serrer dans ses bras, de me balloter, de me faire monter, descendre, de me faire tourner et de me mettre face à lui. Tous deux en sueur et en silence. ”

Pol Guasch nous plonge dans une dystopie hors norme où la poésie s’invite au milieu du chaos, où certains se raccrochent à l’amour par effraction pour croire encore au lendemain espérant fuir la solitude et cette ambiance mortifère.

Un récit non linéaire, fragmenté entre passé et présent vers un futur incertain.

Un récit court, qui avance comme un compte à rebours vers demain, le premier jour du reste de leurs vies.

Une échappée livresque à la fois brutale et lyrique, où l’amour semble être le seul espoir de survie pour ce jeune homme confronté au déclin du monde.

Napalm dans le cœur risque d’éblouir de nombreux lecteurs pour qui saura apprécier le style singulier de Pol Guasch.

“ Je pense parfois que je prends des notes sur l’avenir, comme en ce moment précis. Je me dis que face à l’incompréhension, au moins les mots resteront. Quelqu’un pourra les saisir. Je tente à ma façon de conserver ce qui reste. ”

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s