De la jalousie

De la jalousie de Jo Nesbø à la Série Noire de Gallimard

Traduit du Norvégien par Céline Romand-Monnier

“ C’était vrai ce qu’on disait, que des aveux étaient un récit qui attendaient de trouver un public. ”

Des aveux, chers lecteurs , vous allez en découvrir à travers ces sept nouvelles, et comme il est souvent dit : « Faute avouée à moitié pardonnée. » vous verrez qu’il vous sera difficile de ne pas donner l’absolution à ces pêcheurs qui ont fauté face à toute cette jalousie qui les a habité à un moment de leur vie les conduisant parfois au pire.

Vous risquez même de découvrir :

– Que Freud avait raison.

– Sur quoi ?

Me direz-vous ?

– Sur le fait que les gens, à quelques exceptions près, ne valent pas grand-chose. »

Et ce n’est pas l’enquêteur qui détecte la jalousie qui vous diras le contraire. Ni même ce ripper qui a le job parfait pour faire disparaître les corps.

“ Il faut bien que quelqu’un fasse le ménage. ”

Qu’il soit question de tromperie, d’injustice face à certains privilégiés, il n’y a parfois qu’un seul remède pour assouvir sa soif de vengeance avec ou sans préméditation face à la jalousie, et c’est avec beaucoup d’élégance, et d’ingéniosité que nos protagonistes bafoués, rivalisant presque entre eux vont réaliser les crimes parfaits.

La jalousie conduit vers une douce folie meurtrière, laissant dans son sillage, une amoureuse effondrée, une caissière serial killeuse, un enquêteur novateur, un éboueur ingénieux, un chauffeur de taxi rusé, et même un photographe démoniaque.

Vous l’aurez compris, ces histoires ne sont pas à dormir debout, bien au contraire, il vous est même conseillé de ne pas les mettre entre les mains des personnes qui un temps soit peu vous jalousent, cela pourrait leur donner de mauvaises idées.

Si Jo Nesbø est devenu un incontournable de la Série Noire avec ses polars et ses romans noirs de haut vol, il fait une entrée remarquable avec ce premier recueil de nouvelles, l’exercice de la nouvelle n’est pourtant pas facile, d’autres avant lui se sont plantés, de quoi susciter De la jalousie face au talent de ce grand auteur scandinave.

La jalousie, un des sept péchés capitaux, à travers sept nouvelles parfaitement accomplies, un véritable bâtisseur littéraire, un grand architecte capable de construire en quelques pages des histoires édifiantes.

Je rêve déjà qu’il poursuive cette aventure, et nous offre dans un futur proche avec son regard d’écrivain avisé d’autres nouvelles sur les six autres péchés capitaux qui mettent tant à mal la nature humaine. Il en est capable, la preuve.

Pour info :

Né en 1960 à Oslo, musicien, économiste et scénariste, Jo Nesbø est le chef de file du roman policier scandinave.

Traduit dans une cinquantaine de langues, il a vendu plus de cinquante millions d’exemplaires dans le monde, avec notamment la série « Harry Hole» et des romans noirs comme Leur domaine.

De la jalousie est son premier recueil de nouvelles traduit en France.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s