Le meurtre de Harriet Monckton

Le meurtre de Harriet Monckton d’Elizabeth Haynes aux Éditions Mauvaise Graine

Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par François Hoff, Clara Lupfer, Pierre Marchant et Martin Petrowsky

“ – Est-ce que ça va faire mal ? Avait-elle demandé, et la Mort s’était frotté les mains avec joie, sachant qu’elle lui appartenait presque. ”

En novembre de l’année 1843, une dose mortelle d’acide prussique mit fin à la vie d’une jeune femme de 23 ans, Harriet Monckton.

Si pendant trois années, on avait pensé à un suicide, il n’en est rien, Harriet a été assassiné.

Élisabeth Haynes, revient sur ce Cold Case victorien en s’appuyant sur les archives de Scotland Yard, sur les rapports du coroner et sur les dépositions des témoins, essayant de s’approcher au plus près de la vérité et peut-être même de trouver enfin le coupable.

“ On pense à tant de choses. On essaie de trouver la bonne solution à une énigme, et on ne peut jamais tout à fait faire face à ce qui doit être la vérité. On s’en éloigne, parce que l’affronter est trop terrible. ”

Petit à petit, la personnalité complexe d’Harriet se révèle à travers une galerie de personnages qui l’ont côtoyé. Chacun semble le coupable idéal et dégage une dose de mystère qui laisse planer un doute.

On découvre des amoureux transis, des manipulateurs, des lâches, des adultères et une multitude de secrets assez bien gardés tous liés à Harriet d’une manière ou d’une autre.

Une histoire vraie qui donne sous la plume de Élisabeth Haynes un polar historique captivant, mettant en avant la condition d’une jolie jeune femme dans une société anglaise assez hypocrite et dévastatrice.

Les fans du Cluedo seront ravis de se plonger dans cette histoire où la vérité se dévoilera enfin.

“ Vient pourtant un temps où l’on arrête de se mentir à soi-même, et où l’on repense aux secrets que l’on a enfouis, aux vérités que l’on a découvertes, que l’on garde très près du cœur.

Une vérité notamment selon laquelle n’y avait pas une Harriet, mais deux : celle que l’on ne connaissait et aimait ; et l’autre Harriet, la fille secrète, celle que l’on ne connaissait en fin de compte pas du tout. ”

Pour info :

Elizabeth Haynes a grandi à Seaford, dans le Sussex et a étudié l’anglais, l’allemand et l’histoire de l’art à l’Université de Leicester.

Elle travaille actuellement comme analyste criminel et vit dans le Kent avec son mari et son fils.

« Comme ton ombre » (Into the Darkest Corner), son premier roman a été best-seller du New York Times et publié dans 37 pays.

Elle signe ici, un chef-d’œuvre victorien d’une grande actualité. La traduction néerlandaise s’est déjà vendue à 12000 exemplaires en grand format en 2019.

3 réflexions sur “Le meurtre de Harriet Monckton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s