Tokyo, la nuit

Tokyo, la nuit de Nick Bradley aux Éditions Belfond

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Maxime Berrée

Assis bien droit, le chat me regardait.

Dans ses yeux d’un vert lumineux, je vis quelque chose. Quelque chose de chaotique. Une ville se reflétait dans ses iris. Comme si ce chat nous voyait tous nous agiter, et de même que l’image de la ville rebondissait contre ses rétines sans s’y imprimer, le chat rejetait toute idée de contrôle par l’homme. Ce chat n’avait pas de maître, et je l’enviais pour cela. ”

Récemment à Tokyo, depuis cette fameuse pandémie planétaire, un félin géant en 3D, hyperréaliste, miaule entre deux publicités sur l’écran géant installé sur un building au cœur du quartier très fréquenté de Shinjuku. (À voir en cliquant sur le lien Ci-dessous)

https://youtu.be/GPnxESJz4XY

Aurait-il inspiré Nick Bradley pour ce formidable roman qui nous offre un voyage extraordinaire au cœur de Tokyo à travers des portraits de Tokyoïte, qui sans le savoir et sans même se connaître sont liés l’un à l’autre, recevant à tour de rôle la visite d’une chatte qui semble veiller sur eux.

Au hasard de ses errances, dans des quartiers isolés, abandonnés, cette chatte nous entraîne en premier lieu chez Kentaro, un tatoueur de Yakuza, où nous croisons Naomi, une mystérieuse cliente dont le tatouage en cours de réalisation semble prendre vie, y invitant même le félin à le parcourir à sa guise. Sakura, un chauffeur de taxi, qui rêvait de devenir poète. Puis viendra la rencontre avec Ichiro, une star déchue qui vit en ermite dans un hôtel désaffecté ; puis Makoto un salaryman, incapable de trouver l’amour ; le détective, Ishikawa qui gagne sa vie piégeant sur pellicules les liaisons adultères ; ou encore Mari et Georges, un couple d’amoureux dysfonctionnel qui ne parvient pas à se quitter…

Il est encore tôt, le ciel vide d’étoiles étale sa noirceur derrière le chaos de néon de la ville. Les rue zigzaguent, serpentent, s’élèvent en pont routier, s’enfoncent en tunnel. Tout s’entremêle, et s‘entrecroise, comme des nouilles blanches dans un bol d’udon. Et à mesure que la soirée avance, la ville commence à transpirer et à empester. La fumée monte des bouis-bouis de yakitori nichés sous les rails de la gare se Shimbashi, puis dérive entre les lampadaires aux lumières vives et les affiches jaunies de cinéma de l’ère Showa qui pèlent sur les murs. Dehors, les employés de bureau sont assis sur des fûts de bière vides transformés en tabourets. Ils fument et discutent, se goinfrent de brochettes de poulet yakitori et font tout passer avec des verres de bière glacée.

La nuit s’avance, les ivrognes esseulés braillent de plus en plus fort. ”

Des hommes et des femmes qui vivent secrètement au cœur de cette ville, parfois en solitaire, paumés, en marge de la société et pourtant tous très attachés à Tokyo.

Nick Bradley nous offre une belle galerie de portraits rendant hommage également à cette mégalopole toujours en pleine effervescence que l’on tente de purifier avant d’accueillir les prochains jeux olympiques au détriment d’une certaine population.

Présenté d’une manière très originale, à la manière des nouvelles qui misent bout à bout nous donnent une multitude d’histoires pour n’en faire qu’une absolument grandiose.

Un petit côté fantastique, petit clin d’œil à Murakami, sans oublier la culture, les traditions, font de ce roman un voyage aussi dépaysant q’enrichissant développant au passage un fort attachement à tous ces personnages croisés au fil des pages.

Un premier roman très réussi, une très belle découverte que je vous invite à lire cet été afin de briser la monotonie ambiante qui nous prive encore de grands voyages.

Pour info :

Nick Bradley est né en 1982 en Allemagne et a passé son enfance à Bath, en Angleterre.

Après des études en littérature anglaise, il part au Japon pour un an et y restera une dizaine d’années.

Tokyo, la nuit est son premier roman.

Il vit aujourd’hui à Norwich.

Je remercie les Éditions Belfond pour ce roman qui ne manque pas d’originalité ni de profondeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s