Super Hôte

Super Hôte de Kate Russo aux Éditions La Table ronde

Collection Quai Voltaire

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Séverine Weiss

“ Vas-y mon grand, montre ce que t’as dans le ventre. ”

Bennett Driscoll, un peintre quinquagénaire a depuis quelques temps investi les lieux de son atelier au fond du jardin, plutôt par besoin que par envie, mais il n’a pas trop le choix puisqu’il loue sa maison située dans l’ouest de Londres sur AirBed. Depuis que sa femme l’a quitté et que sa fille a pris son envol, il a un peu de mal à joindre les deux bouts. Il avait pourtant une bonne réputation dans le monde de l’art, mais depuis qu’il ne peint plus de nus, sa notoriété s’en est allée. À défaut de lire des critiques sur ses toiles, il découvre sur la toile, les critiques laissées par ses hôtes, un de ses nouveaux passe-temps. Parfois, il se risque à épier ses locataires, les découvrant parfois aussi seuls que lui.

Bennett à bien du mal à aller de l’avant, même lorsqu’il fait la connaissance de Claire, une jolie Barmaid.

Avec Bennett on est jamais au bout de quelques surprises.

Ce que j’en dis :

Après avoir eu il y a fort fort longtemps un coup de foudre pour Nothing Hill, j’ai succombé au charme de Bennett et de son quartier me demandant parfois si Hugh Grant n’avait pas pris possession de ce corps.

Bennett est un peu perdu, un peu maladroit mais c’est avec beaucoup d’humour qu’il partage avec nous son expérience de super hôte.

À chaque nouveau locataire, une nouvelle expérience humaine.

À force d’espionner ses pensionnaires, il se rends bien compte qu’ils ont également quelques douleurs dans leur valise et qu’ils comptent bien ne pas repartir avec. Une pause transitoire pour faire le point et décider de la suite.

De son côté, il gère autant que faire se peut son divorce, souhaitant surtout rester proche de sa fille, cherchant toujours l’inspiration pour ses toiles et enfin mettre un terme aux dures conditions des artistes, qui passent très vite dans l’oubli.

On s’imagine très bien parcourir Londres au côté de Bennett, et pourquoi séjourner dans sa maison tout en sachant désormais que sa curiosité n’a rien de déplacé. Mais de delà à poser pour sa prochaine toile, là c’est une autre histoire. Heureusement je crois qu’il a trouvé sa nouvelle muse.

Kate Russo toute aussi talentueuse que son père Richard, nous offre à travers ce roman, une fresque qui ne manque pas d’humour, ni de suspens tout en sondant avec profondeur la nature humaine, parfois malmenée par la vie, tout en explorant la condition des artistes.

Un Super hôte qui mérite une flopée d’étoiles, tant ce roman est aussi réjouissant et enrichissant qu’un agréable séjour.

N’hésitez pas à parcourir ces pages, vous n’êtes pas à l’abri d’une belle rencontre et de faire connaissance avec une nouvelle plume de la famille Russo.

Kate, digne fille de son père.

Pour info :

Artiste-peintre diplômée de la Slade School of Fine Arts de Londres, Kate Russo est née dans le Maine. Elle a collaboré, durant son séjour en Angleterre avec une troupe de théâtre quia mis en scène deux de ses pièces au Calder Bookshop Theatre. Elle partage son temps entre l’Amérique et le Royaume-Uni, ses œuvres sont régulièrement exposées des deux côtés de l’Atlantique.

Super hôte est son premier roman.

Je remercie les Éditions de La table ronde pour cette escapade littéraire pleine de charme.

Une réflexion sur “Super Hôte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s