Vertiges

Vertiges de Fredric Gary Comeau aux éditions Faubourg *Marigny

“ Un bruit, des cris. une explosion. Là, à l’autre bout de la gare, où se trouve la consigne. ”

L’attentât, dans cette gare parisienne a emporté la vie d’un enfant. Un chagrin immense pour son grand-père, ce vieil homme au cheveux blanc qui ce jour là a croisé Hope, une belle jeune femme. Un jour terrible marqué à jamais par la douleur qui va changer leur destin à jamais.

Pour le vieil homme c’est le début d’une longue chasse pour retrouver le poseur de cette bombe.

Hope de son côté ressent le besoin de vivre intensément et décide de partir à la recherche d’un poète.

“ La douleur, une sensation que tout le monde connaît. Possiblement la seule chose qui nous unisse vraiment. Nous avons tous mal entre la naissance et la mort. Nous apprivoisons tranquillement nos corps en passant par des milliers de maux, grands et petits, sans jamais trouver le mot juste pour les exprimer.

Nous sommes et serons toujours à sa merci. Nous ne cesserons de l’écrire, de la peindre, de la chanter. Nous chercherons par tous les moyens à la sublimer. Notre dernier souffle sera pour elle, et elle seule. ”

Mais ils ne sont pas seuls à chercher un sens à leur vie.

Il y a également Naghib qui cherche le courage de partir vers son destin.

Victor prêt pour un dernier pèlerinage.

Jesus un jeune acrobate qui rêve en grand.

“ Il est paré pour le voyage qui l’amènera à faire des bonds entre de multiples voix, croit savoir tisser tous les liens qui doivent être tissés. Pirate à la recherche d’âmes à piller, il mettra le cap sur des mers de mots agités. Il écrira jusqu’au moment où il aura finalement appris à s’oublier. ”

Mais aussi Oilvier sur le point de découvrir son premier amour.

Entre Montréal, Paris et Santa Fe, ils vous emportent dans un chassé -croisé à vous donner le vertige.

“ Les langues sont déliées et les bouches propulsent en alternance confidences et envolées lyriques. ”

Le vertige de l’amour, le vertige des sens, le vertige du temps qui passe, du temps qui fuit. Le vertige de la douleur mais aussi le vertige du bonheur.Le vertige de la liberté, de l’insouciance. Le vertige du désir et même du vice. Le vertige de la folie des hommes.

Un véritable tourbillon en route vers des destins improbables.

“ Histoire et destin sont si souvent liés. ”

Ce que j’en dis :

Étonnant, surprenant, envoûtant, absolument vertigineux.

Voilà un écrivain qui a l’art de poétiser en nous donnant une immense sensation de vertige à travers une récit unique en son genre.

“ […] Tu es partie ; ton départ m’arrache des larmes de sang.

Mon angoisse toujours accrue accroît mes larmes.

Tu n’es pas partie seule, mes yeux sont partis avec toi ;

Puisque je n’ai plus d’yeux, comment verser des larmes ?

Un peu à la manière de Claude Lelouch, mais avec sa plume lyrique, où s’invitent des artistes de blues, ( une bande sonore magnifiquement choisie) l’auteur nous raconte une histoire, mêlant les destins, à travers une foule de personnages tous follement attachants, avec chacun sa propre histoire, ses propres blessures, ses rêves, ses envies et tous liés pourtant sans le savoir par le fil de la vie.

Une très belle découverte qui sort des sentiers battus et nous rappelle l’urgence de vivre, de profiter de chaque instant jusqu’au vertige absolu.

Suis tombée d’amour pour ce roman, cette plume, récompensé par le Prix Jacques-Cartier, et j’aurai grand plaisir à retrouver cet auteur canadien, qui nous prépare déjà une belle surprise.

Pour info :

Né en 1970 à Bathurst, au Nouveau-Brunswick (Canada), Fredric Gary Comeau est l’auteur de 15 recueils de poèmes (dont Ravages, finaliste du Prix Nelligan en 1994 et Souffles, finaliste au Prix du Gouverneur général pour la poésie en 2012) ; 2 romans (dont Vertiges, lauréat du Prix Jacques-Cartier en 2013) ; et 5 albums de chansons salués par la critique.

Il vit et travaille à Montréal.

Je remercie Masse critique Babelio pour ce vertige littéraire extraordinaire.

5 réflexions sur “Vertiges

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s