La face nord du cœur

La face nord du cœur de Dolores Redondo à la série noire des éditions Gallimard

Traduit de l’espagnol par Anne Plantagenet

“ – Amaia Salazar, vingt-cinq ans, a étudié à l’université catholique de Loyola à Boston : droit et sciences sociales et comportementales. S’est spécialisée dans la communication non verbale scientifique et la criminologie, est sortie première de sa promotion. A terminé ses études universitaires quand elle est retournée dans son pays, avant d’entrer dans la police. ”

Amaia Salazar n’est pas une débutante et son CV a tout pour impressionner les pontes du FBI même s’ils ne l’avoueront jamais.

Détachée de la Police forale de Navarre, elle suit une formation de profileuse au siège du FBI dans le cadre d’un échange Europol.

Très vite sa perspicacité est remarquée et lui donne l’opportunité d’intégrer l’équipe de l’agent Dupree.

“ Amaia était une enquêtrice-née. Un de ces êtres doués naturellement de la capacité de discerner la trace du mal. Un privilège douteux, certainement, acquis lors d’un séjour dans son enfer personnel. Elle était caractérielle et irascible, comme tout policier devenu célèbre avant ses vingt-cinq ans ; et, en même temps, tellement tempérée et détachée de la douleur que Dupree se demandait si c’était le mécanisme de défense qu’elle déployait généralement face aux autres, ou si elle ne savait même pas d’où provenait son don. Dans ce dernier cas, elle deviendrait quelqu’un d’extraordinaire. Un être rare qui, si tout se passait comme ils le redoutaient, serait bientôt mis à l’épreuve.

Amaia apporte un regard neuf sur une affaire en cours et ses compétences particulières permettent de mettre à jour le profil d’un tueur en série recherché pour plusieurs meurtres de famille entière.

Ce tueur insaisissable frappe à chaque fois après de grandes catastrophes naturelles.

Alors que le sud des États-Unis s’apprête à subir les affres de l’ouragan Katrina, l’équipe du FBI dont Amaia fait désormais partie, rejoint la Nouvelle- Orléans pour tenter de mettre la main sur ce tueur démoniaque surnommé le Compositeur avant qu’une nouvelle famille soit assassinée.

Une véritable course contre la montre en pleine tempête est engagée. Il leur faudra survivre à l’Ouragan pour qu’enfin les survivants de cette nouvelle catastrophe puissent dormir tranquille après avoir reconstruit tout ce qui a été détruit.

“ […] rien de ce qu’un être humain aurait pu leur transmettre, de son horreur, de son désespoir, ne pouvait les préparer à ce qu’il y avait dehors. […] L’ampleur de la destruction était telle qu’ils s’enfermèrent soudain dans le mutisme, présentant tous les symptômes du choc post-traumatique : balbutiement de mots étouffés, rapide mouvement oculaire de droite à gauche, pâleur, économie de gestes. […] Lorsqu’on prêtait attention, on parvenait à entendre une rumeur lointaine, comme celle qu’on perçoit d’une colline aux environs d’une grande ville. Une rumeur qui indique qu’il y a une vie quelque part, mais si légère qu’un susurrement, le clapotis ou le moteur du Zodiac la faisait disparaître, comme si cela n’avait été qu’un écho, une illusion ou un souvenir de ce que le monde avait été. ”

Ce que j’en dis :

Pour ceux qui avaient déjà été charmé avec la formidable trilogie du Baztán : ( Le gardien invisible. De chair et d’os et Une offrande à la tempête) se feront une joie de retrouver Amaia Salazar pour une nouvelle enquête.

Après avoir résolue une terrible affaire dans le Pays basque espagnol , la voilà désormais dans l’équipe du FBI sur les traces d’un abominable meurtrier qui profite des catastrophes naturelles pour assouvir son besoin de tuer.

S’inspirant de l’affaire John List, ce vendeur d’assurance qui avait tué toute sa famille en 1971 avant de s’engager dans une longue cavale qui prendra seulement fin en 1989, Dolores Redondo nous offre une intrigue policière exceptionnelle.

Bien plus fort qu’un thriller classique, ce récit nous emporte en Louisiane nous faisant vivre l’avant et l’après Katrina à travers une écriture très visuelle et bouleversante qui n’est pas sans nous rappeler les terribles images qui ont suivi à la télévision après cette terrible catastrophe pendant plusieurs jours, les secours tardant à venir.

Pour avoir vécu pas-à-pas, l’après passage de l’ouragan Katrina, l’auteure nous retranscrit avec une vive émotion cette ambiance apocalyptique, mettant en lumière des personnages bouleversants, sans oublier de citer la responsabilité de l’état face aux digues qui ont cédé inondant les quartiers pauvres.

Dolores Redondo nous confronte également au passé D’Ameia, à ses traumatismes liés à son enfance qui ont tendance à resurgir à des moments opportuns mais qui pourraient malgré tout l’aider à y voir plus clair dans cette affaire où certaines croyances mystiques, ces rituels vaudous ensorcellent.

L’auteure nous offre une aventure pleine d’émotions, de suspens, tout en nous confrontant avec un réalisme extraordinaire au pire scénario climatique. Un roman palpitant, une tension permanente, au cœur de la Louisiane avec une enquêtrice que l’on aura grand plaisir à retrouver n’en déplaise à ces misogynes du FBI.

Un voyage littéraire de cette qualité ça ne se refuse pas.

Pour info :

Dolores Redondo, née en 1969, a étudié le droit et les arts culinaires. Entre 2013 et 2014 elle publie la trilogie du Baztan, une série d’enquêtes basée dans les Pyrénées basques, qui s’est vendue à plus d’un million d’exemplaires dans une trentaine de pays. Le premier tome, Le gardien invisible, a été adapté à la télévision (Netflix, 2017). Tout cela je te le donnerai, son nouveau roman, a remporté prix Planeta 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s