Comme des bêtes

Comme des bêtes de Violaine Bérot aux Éditions Buchet.Chastel

“ Non, franchement je ne m’attendais pas a pareille histoire – même si j’ai toujours pensé qu’il aurait fallu le faire suivre. Quand il s’affolait, il devenait terriblement terrifiant. Je m’en veux de n’avoir pas insisté davantage. De n’avoir pas ramené la mère à la raison. De ne pas être montée jusque chez eux pour lui parler plus longuement. De n’avoir pas réussi à la convaincre. Il fallait qu’il soit suivi. Il le fallait. Ne pas l’avoir fait, on voit à quoi ça a conduit – je ne me pardonne pas de n’avoir pas réussi. ”

Pas loin d’un village isolé, dans la montagne vivent Mariette et son fils surnommé « L’Ours » par les habitants.

Dans ce coin, on peut apercevoir une grotte, très difficile d’accès baptisée la « grotte aux fées ». La rumeur dit que jadis elles y cachaient les bébés qu’elles volaient.

“ Le savent

ceux du monde d’en bas

que nous

les fées

dedans la grotte

vivons cachées.

Le savent

que nous

les fées

depuis toujours

les observons

les regardons

les écoutons

raconter à leurs enfants

de se méfier de nous

les fées. ”

Très vite Mariette protégea son fils, le soustrayant même de l’école où sous prétexte qu’il était différent et ne parlait pas, subissait différente maltraitance, physique et morale.

Les humains qu’il ne supporte pas ne lui manque pas. Il préfère la compagnie des bêtes et semble d’ailleurs posséder un don qui le rapproche d’elles.

Il aurait pu continuer à vivre librement, en marge du village avec sa mère qui prenait soin de lui, si un couple de touristes ne l’avait pas aperçu au cours d’une randonnée avec une petite fille complètement dénudée.

Sa liberté s’envole et il va devoir faire face à ces humains qui se conduisent COMME DES BÊTES .

“ Je l’ai appris par la rumeur. J’avais vu les voitures des gendarmes passer pour se garer au début de leur sentier. Et l’hélico juste après. Moi j’ai pensé à un accident. Les explications, je les ai eues qu’ensuite. […] Ce que j’en pense ? Vous voulez vraiment savoir ce que j’en pense ? Je vous préviens, vous allez pas aimer. Mais moi ça me gêne pas de vous dire vraiment ce que j’en pense. ”

Ce que j’en dis :

Après la découverte en 2018 de son formidable roman : Tombée des nues, qui m’avait scotché autant par l’histoire que par le style d’écriture extraordinaire. je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau récit qui m’a à nouveau complètement subjugué.

Pour nous conter cette histoire, Violaine Bérot donne en premier lieu la voix aux fées, tout en poésie puis suivent celles des habitants du village, des chasseurs, de la maîtresse d’école, du voisin bienveillant, de Mariette la mère… sans nous encombrer des questions, nous donnant juste les réponses, pour comprendre d’où vient cette enfant qui était avec L’Ours.

Pour cet enfant privé de sa voix, les langues se délient. Si certains commencent enfin à éprouver un peu d’empathie envers l’ours, d’autres se comportent toujours comme des bêtes.

Si ce roman peut sembler court, il n’en demeure pas moins intense, captivant et possède un style incroyable nous révélant une fois de plus le comportement désastreux de certains humains face à la différence, qui préfèrent agir avant de se poser les bonnes questions quitte à commettre une erreur de plus. Et c’est avec poésie à travers la légende liée aux fées que le pire reste à découvrir.

Encore une fois, je suis sous le charme de la plume de Violaine Bérot, qui avec peu de mots nous offre une histoire aussi bouleversante qu’étonnante.

Je ne peux que vivement vous recommander cette auteure si discrète et pourtant si talentueuse.

Pour info :

Violaine Bérot vit dans les Pyrénées.

Son parcours éclectique l’a menée de l’informatique à l’élevage de chèvres.

Dans cette vie en soubresauts, une seule constante : écrire.

Cette auteure a déjà publié chez Buchet Chastel trois romans : Des mots jamais dits (2015), Nues sous la lune (2017),Tombée des nues (2018).

Je remercie les Éditions Buchet Chastel pour cette lecture touchante au style unique.

Une réflexion sur “Comme des bêtes

  1. Ping : Violaine Bérot – Comme des bêtes | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s