L’île invisible

L’île invisible de Francisco Suniaga aux éditions Asphalte

Traduit de l’espagnol (Venezuela) par Marta Martinez Valls

“ […] Margarita , l’île de l’utopie, le seul endroit de la planète où tout le monde commande et personne n’obéit. “

Lorsque Edeltraud Kreutzer, originaire de Düsseldorf débarque sur l’île Margarita pour une quinzaine de jours, ce n’est hélas pas pour un séjour d’agrément mais pour tenter de découvrir ce qui est arrivé à son fils Wolfgang, retrouvé noyé sur la plage près du bar dont il était propriétaire.

« Oui, je me souviens très bien de ce qui est arrivé à votre fils et, croyez-moi, je l’ai beaucoup regretté. Cela s’est produit sur une plage dangereuse, où malheureusement de nombreux baigneurs se sont déjà noyés, y compris quelques Allemands, dit-il sans empêcher ses mots ressemblent à une vaine consolation. ”

Sur place, elle fait appel à un avocat pour l’aider dans ses démarches.

Dans ce décor paradisiaque, où l’on vit avec nonchalance, certains s’adonnent à la corruption pendant que d’autres organisent des combats de coqs, dont Wolfgang était devenu accro.

L’enquête se poursuit dans cette jungle tropicale sur cette île invisible du Venezuela envoûtant au passage les nouveaux lecteurs .

Ce que j’en dis :

Les éditions Asphalte ont eu la bonne idée de rééditer ce roman paru une première fois en 2013.

Il rencontre un immense succès au Venezuela, véritable best-seller, le livre en est à sa treizième édition.

Ce roman exotique nous fait voyager entre ici et ailleurs, entre passé et présent bien loin des ambiances de cartes postales, dévoilant son intrigue au rythme de l’île.

Ce roman absolument passionnant nous envoûte dès les premières pages. Au cœur de cette île qui semble à première vue paradisiaque, on va vite découvrir l’envers du décor, face à une violence sauvage qui pousse certains à la folie.

Les insulaires semblent aussi perdus sur cette île, que l’île elle-même face à une bureaucratie défaillante, ils sont vite oubliés et deviennent vite invisibles.

Un délicieux cocktail caribéen, doux, rafraîchissant tout en étant pimenté, mettant tous vos sens en éveil.

Une très belle surprise de cette rentrée, un roman latino-américain à découvrir absolument.

Pour info :

Né en 1954 à La Asuncion, Francisco Suniaga enseigne le droit international à l’université centrale de Caracas jusqu’en 2006.

En parallèle, il est chroniqueur pour des journaux du pays, notamment pour El Nacional.

En 2005, il publie son premier roman L’Île invisible, qui connaît un énorme succès au Venezuela. Il y raconte l’histoire d’un homme qui perd son fils sur l’île de Margarita et fait appel à l’avocat José Alberto Benitez pour comprendre les circonstances de sa mort.

Le roman est traduit en français et publié aux éditions Asphalte en 2013.

L’auteur a publié deux romans depuis.

Je remercie les Éditions Asphalte pour ce voyage qui sort des sentiers battus.

3 réflexions sur “L’île invisible

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s