Les larmes du cochontruffe

Les larmes du cochontruffe de Fernando A. Flores aux Éditions Gallimard / La Noire

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Paul Durant

Le Texas et le Sud du Mexique, sont dorénavant séparés par deux murs, et sous haute surveillance, protégés par les protecteurs de la Frontière.

Les cartels sont toujours omniprésents, mais la drogue n’est plus aussi attractive pour se remplir les poches. À présent ils ont jeté leurs dévolus sur les têtes réduites d’indigènes et l’art amérindien.

C’est dans ce climat où règne la violence et la corruption que Bellacosa, recherche son frère disparu, en compagnie de Paco un journaliste qui enquête de son côté sur un autre marché scandaleux lié à des espèces animales disparues.

Pendant leurs recherches, ils vont rencontrer une étrange créature appelée le cochontruffe.

Ce que j’en dis :

Voilà bien une histoire aussi surprenante que le cochontruffe croisé entre ces pages. On est en droit de se demander si l’auteur était sous l’emprise d’une substance hautement hallucinogène pendant son processus d’écriture, car cette histoire est plutôt barrée.

Dans cet univers décalé il nous emmène dans le futur, à travers une double enquête qui nous conduira vers un banquet privé très bizarre où le gratin s’adonne à divers pratiques on ne peut plus étranges. Peut-être souhaitait-il dénoncer le danger qui nous guette face aux clonages d’espèces disparues, un genre de mise en garde sur les dérives de certaines pratiques pour assouvir les lubies des riches,.

J’ai peut-être bien raté quelque chose en chemin ?

Hélas les les larmes du cochontruffe n’ont pas réussi à m’attendrir, et c’est plutôt un peu perdue que j’ai terminé cette lecture. Il est clair que je ne m’attendais pas à trouver ce genre d’histoire dans cette collection.

Surprise je l’ai été mais pas du côté escompté. Je n’irai pas jusqu’à verser une petite larme de regret mais presque.

Un rendez-vous manqué avec la noire c’est plutôt rare, mais voilà c’est fait

Pour info :

Fernando A. Flores est né à Reynosa, Tamaulipas, au Mexique, et a grandi dans le sud du Texas.

Depuis 2014, il est libraire à Austin.

Je remercie les Éditions Gallimard pour ce voyage au pays imaginaire du cochontruffe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s