Les pantoufles

Les pantoufles de Luc-Michel Fouassier aux Éditions de l’arbre vengeur

En pantoufles et complet veston, je risquais de détonner un peu, voire de passer carrément pour un cinglé. Il eut été préférable finalement de sortir vêtu d’une robe de chambre. Au moins, cela eût pu me donner des allures de gardien d’immeuble pressé de faire une course et de regagner sa loge pour vaquer à des occupations plus tranquille.

Notre héros s’est laissé distraire ce matin par quelques grains de poussières oubliés par sa femme de ménage. Un peu contrarié et plutôt pressé, il sort précipitamment s’apercevant trop tard que ses clés sont restées à l’intérieur et qu’il a toujours ses pantoufles aux pieds.

“ Je ne les avais jamais observées avec autant d’attention, mes charentaises. Mis à part, cette tâche, elles avaient fière allure. Les extrémités au-dessus des gros orteils ne présentaient pas encore l’usure habituelle qui dégénérait en trou, signe annonciateur d’un remplacement imminent. […] Pointure 42, tissu 100% laine, fabriqué en France. Fières, mes charentaises affichaient un petit air aristocratique.

Quelque peu contrarié au départ, il va pourtant se faire très vite à l’idée et c’est à pas feutrés qu’il poursuivra sa journée ignorant encore les surprises qui l’attendent.

Ce que j’en dis :

Un homme sort en pantoufles et tout le monde ou presque semble offusqué, pourtant personne n’a fait de réclamation auprès de Naghi qui s’affiche à la télé en costume avec des baskets toujours très olé olé aux pieds devant des millions de spectateurs, allez comprendre.

Il est clair que dès que l’on s’offre un peu de fantaisie dans ses tenues vestimentaires, les regards s’attardent et se permettent de juger, sans même savoir le pourquoi du comment. Et bien évidemment notre étourdi va vite s’en rendre compte. Son obstination va même lui fermer quelques portes et lui interdire certains accès, tout ça parce qu’il porte des pantoufles.

Mais n’en déplaise aux biens chaussés, les pantoufles c’est le pied… et même Cendrillon et sa pantoufle de verre ne font pas le poids face à ces pantoufles en feutre qui pourraient bien permettre à notre héros de se faire de nouveaux amis et peut-être même de trouver chaussure à son pieds.

Une lecture fort agréable, drôle et pleine d’esprit à lire au coin du feu, les doigts de pieds en éventail dans une bonne paire de charentaises.

Pour info :

Luc-Michel Fouassier est né en mai 68, non loin des pavés, en région parisienne. Ses premiers livres ont paru en Belgique. Au contact de nos amis wallons, il a acquis la conviction que l’humour bien troussé et bien chaussé reste le moyen de lutter le plus efficace contre les fâcheux de tous poils. Il a publié chez Quadrature et Luce Wilquin, notamment Le Zilien, préfacé par Jean-Philippe Toussaint.

Je remercie l’agence Trames et les Éditions de l’arbre vengeur pour cette chouette découverte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s