Les dynamiteurs

Les dynamiteurs de Benjamin Whitmer aux Éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Jacques Mailhos

” Le trou était un tunnel qu’on avait creusé dans le sol de terre battue tout près du mur du fond. On l’avait construit exprès pour ça, pour quand les clochards essaieraient de nous voler l’Usine. Il passait sous le mur, de sorte qu’on pouvait le prendre pour déguerpir en cas de besoin. On n’avait pas l’intention d’abandonner l’Usine sans se battre, mais on n’était pas non plus prêts à mourir pour elle. Y’a pas dans ce monde un seule droit assez sûr pour qu’on puisse s’abstenir de prévoir un plan de fuite. “

En 1895, Denver est sous l’emprise du vice, gangrenée par la pauvreté et la violence sous toutes ses formes.

Cora et Sam deux jeunes orphelins, ont trouvé refuge dans l’Usine désaffectée. Ensemble ils s’occupent des enfants perdus, abandonnés à leurs tristes sorts.

Cette Usine est devenue par la force des choses, leur nouveau foyer.

Malheureusement, cet endroit est convoité par les clochards qui n’hésitent pas à organiser de violentes attaques pour s’approprier le refuge de tous ces orphelins.

C’est au cours d’une de ces tentatives d’invasions que surgit un colosse d’allure plutôt effrayante.

Cora décide pourtant de lui venir en aide malgré les fortes réticences de Sam.

” J’étais pas vraiment sûr qu’aller chercher de l’aide pour ce grand fils de pute sur le toit était une bonne idée. Si vous attrapez un homme fort dans un moment de faiblesse, vous lui tranchez sa putain de gorge. Chaque fois. Vous ne le soignez pas pour qu’il se retape. Vous pouvez être sûr que c’est en mangeant quelqu’un comme vous qu’il a acquis sa force. Mais on discutait pas avec Cora. En plus, essayer de la persuader de ne pas s’occuper des cabossés et des brisés était comme essayer de persuader le soleil de ne pas briller. “

Sam, le seul à savoir lire, se rapprochera pourtant de l’homme-monstre qui semble muet et ne communique qu’à travers des mots griffonnés sur des morceaux de papier.

Très vite, en compagnie du colosse, il va découvrir les bas-fonds de Denver. Projeté en un rien de temps dans ce monde d’adultes répugnants où la violence règne en maître. Il sera à la fois fasciné et effrayé, contraint de s’éloigner de celle qu’il aime…

” Il y a des débuts et il y’a des fins. Mais si vous vivez assez longtemps, vous savez qu’il n’y a pas du tout de vrai début, que tout est seulement le début d’une fin. “

Ce que j’en dis:

Benjamin Whitmer a t’il un secret ?

A-t’il le pouvoir de voyager dans le temps ?

Une chose est sûre, à travers cette épopée noire, qui nous transporte à Denver en 1895, il nous prouve qu’il en est capable.

Benjamin Whitmer l’insoumis de l’Amérique, le rebelle au grand cœur, l’anarchiste fidèle à lui même, poursuit son cheval de bataille pour défendre les laissés pour compte, tous ces oubliés de l’Amérique qui lui sont chers à travers ce nouveau roman noir aux allures de western qui vous dynamite le cœur et vous explose la rétine.

Même s’il nous dépeint la misère, et nous confronte à une violence extrême, enragé contre l’injustice, il n’en oublie pas pour autant de poser un regard tendre, plein d’humanité sur l’amour comme celui que porte Sam pour Cora, prêt à tous les sacrifices pour ne jamais la perdre.

Il nous confère au douloureux passage de l’enfance dans ce monde adulte gangrené par l’alcool, la drogue et la corruption.

Tout comme dans ses précédents romans, sa plume s’habille de noirceur pour mettre en lumière les déshérités de la vie, quitte à paraître brutal mais cruellement réaliste.

Fidèle lectrice je suis, fidèle je resterai depuis ses tous débuts d’écrivain et j’en profite pour remercier au passage son traducteur Jacques Mailhos sans qui je ne pourrais point découvrir cet auteur que j’apprécie tant, tout comme son éditeur qui nous fait profiter de ces récits, souvent avant les américains, of course.

Les misérables de Benjamin Whitmer n’ont rien à envier à la cour des miracles de Victor Hugo, il se pourrait même qu’ils accueillent Quasimodo orphelin lui aussi de son créateur.

Les dynamiteurs confirment le talent de ce jeune auteur qui après seulement quatre romans s’est incrusté avec brio dans le panthéon américain des auteurs à suivre absolument.

La relève est assurée n’en déplaise au blondinet peroxydé.

Pour info :

Benjamin Whitmer est né en 1972 et a grandi dans le sud de l’Ohio et au nord de l’État de New York. Il a publié des articles et des récits dans divers magazines et anthologies avant que ne paraisse son premier roman, Pike, en 2010. Traduit en français en 2012, ce texte a immédiatement séduit tous les amateurs du genre.

 

En 2018, son nouveau roman Évasion paraît en France en avant-première mondiale.

 

Benjamin Whitmer vit aujourd’hui avec ses deux enfants dans le Colorado, où il passe la plus grande partie de son temps libre en quête d’histoires locales, à hanter les librairies, les bureaux de tabac et les stands de tir des mauvais quartiers de Denver.

Je remercie les Éditions Gallmeister pour cette dynamite littéraire explosive.

4 réflexions sur “Les dynamiteurs

  1. J’ai lu dans la revue « sang-froid » que Whitmer n’avait pas d’éditeur en Amérique, ces romans sont traduits et édités uniquement par Gallmeister, sans cette maison d’édition, le pauvre ne pourrait pas vivre de sa plume :/

    Pourtant, quels romans il nous offre !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s