Little Louis

Little Louis de Claire Julliard aux Éditions Le mot et le reste

” Chez nous, c’était la nouvelle Babylone, le royaume du crime et de la dépravation à ce qu’on disait. Tout un bas monde se vautrait dans la fange. Mais en vérité, qui connaissait Storyville, à part ceux qui y vivaient ? Pas grand monde pour la bonne raison que le gratin n’y mettait guère les pieds […] Je n’ai jamais été malheureux dans ma ville. Nous, les gosses, on ne s’ennuyait pas. Du matin au soir, on cavalait à droite à gauche. Je crois bien n’être jamais resté en place plus d’une heure. Sauf quand j’écoutais Joe Oliver. Là je ne mouftais plus. J’étais muet, sidéré. Il fallait le voir souffler dans son cornet, un maître. Papa Oliver m’a tant apporté. J’enregistrais mentalement ses gestes, son style, ses morceaux. Tout ce que je sais, c’est dans nos rues que je l’ai appris. La vie, ça se passe dans la rue, dans la pleine lumière ou à la lueur d’un réverbère, pas derrière les persiennes des belles demeures. “

C’est à la Nouvelle-Orléans, à Storyville qu’a grandit Louis Armstrong.

Au départ il est élevé par sa grand-mère, Joséphine pour laquelle il a une grande affection, au point de la considérer comme sa véritable mère. La quitter pour rejoindre et s’occuper de sa mère malade est un véritable déchirement. Malgré tout, il va prendre soin de sa mère et de sa petite sœur malgré son jeune âge, jusqu’à ce fameux soir, où il tira en l’air avec un vieux pistolet chipé chez lui. Un geste malencontreux qui va le conduire direct dans une institution pénitentiaire mais qui s’avérera une véritable planche de salut.

” Joséphine suait sang et eau pour faire de moi un gamin éduqué et responsable. Elle m’apprenait le bien du mal. Quand j’avais fait une bêtise, elle fronçait les sourcils et me traitait de vilain garçon. Elle m’envoyait cueillir une petite branche sur l’arbre de la cour pour me rosser. J’étais déconfit, les larmes prêtes à jaillir. Alors elle éclatait de rire et levait la punition. Hélas, je ne passais pas toujours à travers les gouttes. “

C’est entre ses murs, que sa passion pour la musique va se concrétiser. En intégrant la fanfare dirigée par Peter Davis, qui deviendra son père de substitution, il va perfectionner son talent exceptionnel de cornettiste.

Et même si à sa sortie, il retourne pelleter du charbon pour aider sa famille, chaque soir il joue dans les honky tonks, bouges du quartier chaud de Storyville où le Jazz s’invente aux côtés des voyous et des prostituées.

” Quelque chose était en gestation et se développait un peu partout dans les rues de ma ville, autour de la place Congo qu’on appelait jass ou jazz. Un genre musical dont je percevais les vibrations au plus profond et qui a forgé mon destin. “

La musique ne le quittera plus, et quand à vingt ans, vint le moment de quitter la ville de son enfance, c’est à Chicago qu’il deviendra cet inoubliable artiste et embrassera le monde.

” J’ai grandi dans ce chaos où la frontière entre le bien et le mal n’existait pas. Les macs et les voyous, les artistes et les honnêtes gens trouvaient un terrain d’entente. Tout ça a influencé ma vision de la vie. Pour moi, nous évoluons dans un mouvement circulaire susceptible de renversements, de renouveau et de métamorphoses. J’en suis la preuve vivante. Regardez d’où je viens et ce que je suis aujourd’hui. J’ai connu le pire et le meilleur, du pire j’ai fait ma fortune et celle de mes proches, j’ai cru en mon destin, moi le petit Louis de Black O’ Town. “

Ce que j’en dis :

Mon père était trompettiste et saxophoniste, dans sa jeunesse il jouait dans les bals avec son frère aîné. N’étant pas encore née, je n’ai pas eu la joie de connaître cette époque mais à chacun de mes anniversaires je lui demandais de me jouer ses morceaux préférés.

Tout comme Louis Armstrong, il a rejoint les étoiles depuis bien longtemps et j’ose espérer que si l’occasion se présente, ils s’offrent un bœuf de temps en temps pour se rappeler le bon vieux temps.

En attendant, je sais d’où me vient ma passion pour le jazz, la musique en général et tous ces musiciens d’ici ou d’ailleurs.

Mais revenons à ce magnifique récit, laissons mes souvenirs nostalgiques errer dans mes pensées.

À travers ce récit, c’est toute l’enfance de Louis que l’on découvre, parfois chaotique mais malgré tout, toujours joyeuse.

L’histoire d’un petit garçon qui aurait pu devenir voyou mais qui sera sauvé par sa passion pour la musique.

Un enfant courageux, emplit d’amour et de générosité pour sa famille et ses amis et qui le restera une fois adulte.

Little Louis nous fait redécouvrir la Nouvelle-Orléans du passé, la naissance du jazz, dans un contexte ultra violent de ségrégation et de misère.

En s’inspirant des souvenirs de Louis Armstrong consignés dans Ma vie à la Nouvelle-Orléans [1952] (Coda, 2006, traduit par François Thibaut), et en rajoutant de nombreuses anecdotes, Claire Julliard nous fait cadeau d’un formidable roman sur la jeunesse tumultueuse de Satchmo, l’un des plus grands génies du Jazz.

Un magnifique blues qui nous emporte, nous bouleverse comme cette musique qui véhicule des émotions simple et sincères.

À découvrir absolument en s’accompagnant pourquoi pas d’un bon whisky et des sons merveilleux de la trompette de notre merveilleux Louis Armstrong.

Pour info :

Journaliste littéraire, Claire Julliard est née à Paris.

Elle a longtemps été nègre dans l’édition avant d’écrire ses propres romans.

Elle est notamment l’auteure d’une biographie de Boris Vian, de romans pour la jeunesse parus à l’école des loisirs, de l’Oie sur un lac gelé chez Leo Scheer et des Hors-venus chez Belfond.

Je remercie les Éditions Le mot et le reste et Aurélie de l’agence, un livre à soi pour ce magnifique blues à la Nouvelle-Orléans en compagnie d’un génie.

3 réflexions sur “Little Louis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s