Ce qui nous tue

Ce qui nous tue de Tom McAllister aux Éditions Cherche Midi

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Le Bot

” Il est 11 heures. D’ici midi, il aura tué dix-neuf personnes et en aura blessé quarante-cinq. Il est lourdement armé, assez pour en éliminer bien plus, mais son fusil va s’enrayer et l’une des bombes artisanales ne va pas exploser.

(…) Plus tard, les commentateurs se perdront en conjectures. Ils chercheront des raisons. Ils voudront savoir pourquoi. Il le qualifieront de loup solitaire et citeront d’anciens professeurs disant qu’il était intelligent mais timide et qu’ils ne l’auraient jamais cru capable d’une chose pareille. Ils diront : « Personne n’aurait imaginé que ça pouvait arriver ici. » “

En Pennsylvanie, dans le lycée de Seldom Falls, un jeune adolescent débarque armé jusqu’au dents et fait un véritable carnage. Une nouvelle fois, l’Amérique est en deuil.

Anna Crawford, professeure d’anglais, qui venait juste d’être virée pour insubordination et suspecté de complicité, par le FBI.

Rapidement innocentée, elle garde cependant une certaine amertume car le mal est fait, en ayant été de cette manière sous le feu des projecteurs, sa vie va se retrouver changée à jamais.

” Il leur fallait mettre la main sur des suspects, alors ils ont montré des photos d’employés récemment licenciés. Ils ont montré mon visage. Ils ont dit mon nom. « Voici Anna Crawford, ont-ils dit. Elle a récemment été licenciée de son poste de professeur d’anglais pour insubordination. Elle a posté un message en ligne pour dire qu’elle détestait ce lycée … “

Tout autour d’elle, la folie des hommes gagne chaque jour du terrain, et en réponses à ce drame les médias s’enflamment, de nouveaux hashtag apparaissent, de plus en plus d’armes en circulation et de nouvelles lois aussi incompréhensibles que ridicules font surface.

Tout interdire sauf les armes. Interdire les espaces publics. Interdire les bâtiments. Interdire les doigts qui appuient sur la détente. Interdire la colère. Interdire la chair, les organes, l’épanchement de sang. Interdire les femmes et les enf qui constituent des cibles faciles, interdire les hommes qui aiment tirer sur des cibles. Interdire la physique et la vitesse. Interdire les interactions humaines. “

Le monde devient de plus en plus barjot et ça ne semble déranger personne.

Ce que j’en dis :

Dès le départ, l’auteur annonce la couleur, rouge comme le sang qui va couler incessamment sous peu. Le thème est annoncé est sera abordé de différentes manières.

Ce récit atypique, nous présente CE QUI NOUS TUE, et très vite on se rends compte que les armes ne sont pas les seules responsables.

La destruction commence par la bêtise, puis se rajoutent les rumeurs, l’incompétence, les réseaux sociaux, le manque de communication, la folie, la paranoïa, l’indifférence, le harcèlement. La violence est partout et s’infiltre dans chaque brèche jusqu’à l’explosion finale.

À travers cette satyre, pimentée d’une bonne dose d’humour noir, Tom McAllister nous entraîne au côté d’Anna une femme en colère dans un monde qui part à la dérive où la violence devient de plus en plus difficile à éradiquer.

Si j’ai apprécié la construction du récit et cette radiographie de la violence, j’ai eu bien plus de mal à m’accrocher au style et certaines répétitions m’ont quelques peu agacé, ce qui a rendu du coup cette lecture assez laborieuse et j’en ressort mitigée. Pas vraiment conquise sans être complètement déçue,

Un récit étonnant mais qui n’a pas réussi à me captiver autant que je l’espérais.

Pour info :

Tom McAllister vit dans le New Jersey. Ce qui nous tue est son premier roman publié en France.

Je remercie Léa du Picabo river Book Club et les Éditions Cherche Midi pour cette découverte.

3 réflexions sur “Ce qui nous tue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s