Les toits du paradis

Les toits du paradis de Mathangi Subramanian aux Éditions de l’aube

Traduit de l’anglais par Benoîte Dauvergne

” Pour connaître l’histoire du peuple du Paradis, il suffit de regarder ses maisons. “

« Le Paradis », est un incroyable bidonville de Bangalore, jusqu’à ce jour indestructible. C’est ici que vivent cinq adolescentes avec leurs familles.

” À Bangalore, il y a toujours plus à plaindre que soi. Même quand on vit dans un endroit comme le Paradis. Nous ne possédons peut-être pas grand chose, mais nous avons chacune un toit, un sol et des murs. Ainsi qu’une enfance.  »

Ces cinq jeunes demoiselles, Banu, Deepa, Padma, Joy, et Rukshana, volontaires, intelligentes intrépides parfois, liées comme les cinq doigts de la main, rivalisent d’imagination pour faire de leur vie parfois misérable un véritable enchantement. Elles accumulent les petits bonheurs pour illuminer chaque instant de leur quotidien.

 » Nous, les filles, n’avons pas besoin de grand-chose. Nous avons appris à nous passer de tout. Nous sommes là les unes pour les autres, nous sommes entourées de nos mères, de nos grands-mères. Et puis il y notre train qui file à travers le ciel. Cela nous suffit.  »

Pour combattre la pauvreté, rien de tel que l’amour, l’amitié, la bienveillance et la solidarité. Alors quand un bulldozer menace de détruire leur Paradis, au nom du développement et de la modernité, les adultes, les enfants, et même l’institutrice mettent tout en œuvre pour sauver  » Les toits du Paradis « .

” C’est étrange d’être une fille. Cette spécificité est censée vous tirer vers le bas, vous mettre en échec, vous forcer à reculer sans arrêt. Pourtant, si vous la prenez par le bon bout, elle vous pousse à avancer. “

Ce que j’en dis :

Chaque fois que je m’aventure en Inde à travers un roman, je suis subjuguée par toute la luminosité qui se dégage de ces récits malgré la pauvreté de ce pays.

Les toits du Paradis m’a ébloui de mille façons. J’ai d’abord découvert une plume magnifique dès les premières pages, présage d’une lecture on ne peut plus agréable.

Puis j’ai fait connaissance avec cet endroit particulier et cette bande de filles qui ne quitterait ce paradis pour rien au monde, malgré les belles demeures de la ville.

Une belle brochette d’amies tellement touchantes et tellement attachantes qu’elle nous font oublier la misère où elles vivent et nous donnent à travers leurs courages , une belle leçon d’humanité.

Elles partagent avec nous leurs souvenirs, leurs quotidiens mais aussi celui de leurs familles. Et de fil en aiguille on découvre toute l’histoire, et les secrets de ce bidonville pas comme les autres.

Entre ces pages, point de misérabilisme ni de pathos, bien au contraire. Elles sont peut-être pauvres, elles n’ont peut-être pas grand chose, mais elles ont un cœur immense où l’amour et l’amitié ne font qu’un.

Les toits du Paradis fut un voyage merveilleux, en compagnie de filles et de femmes aux grands cœurs, des femmes courageuses qui dansent, même au bord de l’abîme.

Un roman splendide, lumineux, empli d’humanité, d’espoir, porté par une plume stylée font de ce roman un incontournable de la rentrée littéraire 2020.

Gros coup de cœur pour ces filles aux destins inoubliables.

Pour info :

Mathangui Subramanian est éducatrice aux États-Unis, où elle est née.

Elle a vécu plusieurs années à New Delhi.

Les toits du Paradis est son premier roman déjà publié en anglais et en italien.

Je remercie les Éditions de l’Aube et Aurélie de l’agence un livre à soi pour cette divine lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s