La meute

La meute de Thomas Bronnec aux Éditions Les Arènes

(…) Il s’approche de Castelli êtes met à lui parler tout bas.

– Ici je me sens bien. Je ne me sens bien qu’ici, même. Au milieu des gens. Les vrais. À Paris, tout est factice. L’Élysée même est factice. Il faudrait changer d’endroit. Quelque chose de plus moderne, plus fonctionnel, moins solennel.

Le conseiller lui demande s’il croit vraiment, à ces fadaises sur les artifices de la capitale. François Gabory n’a jamais vécu que pour ces artifices.

– Tu as tort, et tu as raison. Une partie de moi a rêvé d’être un anonyme au milieu de la beauté du monde, indifférent aux luttes ridicules qui m’ont pourtant occupé toute ma vie. Et quand c’est arrivé, je n’ai pensé qu’au jour où je reviendrai. Tu sais pourquoi ?

Il fait non de la tête.

– Parce que le pouvoir, c’est pire qu’une drogue, c’est un poison qu’on t’a inoculé. Un poison délicieux, mais ça reste un poison, quelque chose pour lequel il n’y a pas d’antidote et qui finit par te tuer. Mais avant ça… Profitons !

D’un côté nous avons François Gabory ancien président de la république bien décidé à reprendre sa place.

De l’autre Claire Bontems, une jeune femme plutôt séduisante et sans scrupule que rien n’arrête, prête à tout pour obtenir la première place à l’Elysée.

Au cœur de ce duel, une rumeur qui tel un virus se propage et commence à tuer la vérité et donner vie aux mensonges.

Il n’y a qu’une place à prendre, alors tous les coups semblent permis pour l’obtenir.

Les loups se retrouvent entre eux, la meute est en marche.

Qui réussira à l’arrêter ?

Ce que j’en dis :

Ancien journaliste politique, Thomas Bronnec mets à profit son expérience dans ce milieu pour nous offrir un récit d’un réalisme hallucinant.

Dans ce roman , il nous entraîne au cœur d’une spirale infernale où les hommes et les femmes sont capables du pire pour arriver au pouvoir.

Il suffit d’une rumeur propagée à travers les réseaux sociaux pour mettre un pavé dans la mare et affaiblir son adversaire. Dans cet univers, tous les coups sont permis.

On ne peut évidemment pas s’empêcher de penser à certains personnages politiques et enrager un peu plus contre eux.

En transposant cette histoire dans un futur proche, l’auteur nous amène à réfléchir sur ce qui pourrait arriver si on en venait aux votes électroniques, très facile à truquer, et nous mets en garde contre tous ces tests qui circulent sur le net, pouvant servir de base de données à des fins purement stratégiques et dangereuses.

Pour qui aime l’univers de la politique aussi véreuse soit-elle, ce roman est fait pour vous, pour les rebelles comme moi, détestant tout ce qui touche à ce milieu de chacals, ce sera plus difficile pour les charmer, en dehors de la plume enrichissante et éclairée de l’auteur que j’ai vraiment apprécié.

Une belle découverte même si je ne suis pas sûre de rester fidèle à l’auteur étant donné son thème de prédilection.

Pour info :

Journaliste et auteur de documentaires pour la télévision, Thomas Bronnec a exploré pendant plusieurs années les coulisses du monde politique.

Après Les Initiés et En pays conquis, il poursuit son exploration des élites françaises.

La Meute, son cinquième roman, raconte une société qui voit le modèle patriarcal vaciller, où l’exigence de transparence est devenue une arme de destruction massive capable de se retourner contre ceux qui l’utilisent, une société transformée chaque jour un peu plus en un cirque médiatique scénarisé comme une vulgaire sitcom.

Je remercie les Éditions les arènes pour cette plongée dans les coulisses de la politique.

5 réflexions sur “La meute

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s