Dry Bones

Dry Bones de Craig Johnson aux Éditions Gallmeister

Traduit de l’américain par Sophie Aslanides

” Ils se tournèrent tous les deux vers moi. J’étais plongé dans la contemplation du cadavre.

– Walt ?

J’avais déjà vu cet homme, dans mes rêves.

– Walt ?

Dans les rêves, il n’avait pas d’yeux non plus.

– Walt.

Les paroles de l’homme me revinrent et c’était presque comme s’il se trouvait à côté de moi, répétant l’avertissement incantatoire que j’avais gardé tout au fond de ma mémoire : Tu contempleras le bien mais tu verras aussi le mal. Les morts ressusciteront et les aveugles verront. “

Dans le comté d’Absaroka dans le Wyoming, un vieil indien vient d’être retrouvé mort, faisant le régal des tortues aquatiques à l’endroit où son corps a échoué.

Walt Longmire est évidemment sur l’affaire. Il connaissait le vieil homme et cette mort lui rappelle un de ces rêves. Étrange coïncidence ou prémonition, allez savoir, avec Walt on peut s’attendre à tout sauf à l’ordinaire.

Walt n’est pas un shérif comme les autres…

” – Il y a longtemps, le précédent shérif m’a transmis son étoile. (Je lui montrai d’un signe de mon pouce – peut-être n’en avait-il jamais vu de sa vie.) Et avec ce morceau de métal de sept ou huit centimètres, on m’a confié la responsabilité de veiller sur mes administrés, tous mes administrés, les 2483 d’entre eux. “

En attendant, voilà une mort qui arrange certaines personnes et d’autres beaucoup moins.

“ Voilà qui va introduire un aspect criminel fâcheux dans cette affaire.  »

Le FBI a remplacé les tuniques bleues, il y a dorénavant plus de chefs que d’indiens, et le shérif a échangé son cheval contre un pickup, mais l’affaire n’en demeure pas moins compliqué et tout ça à cause d’un tyrannosaure, qui l’eut cru ?

” Sauvez Jen. “

Walt ne change pas, toujours décidé à résoudre aux mieux les affaires. C’est accompagné du vieux Shérif Lucian Connally et de son plus fidèle ami, l’infatigable Indien Henry Standing Bear qu’il se lance dans une poursuite assez périlleuse et souvent imprévisible sans jamais perdre son humour mordant.

Ce que j’en dis :

En 2009 je découvrais Little Bird, et je faisais la connaissance de Walt Longmire et des éditions Gallmeister. Depuis je suis devenue accro à toute la came de cette maison et je suis restée fidèle à Craig Johnson et à Walt.

Dans cette nouvelle aventure, Walt a quelques rides et quelques cheveux blancs en plus mais il n’a rien perdu de son humour, même si cette fois elle est mise à rude épreuve face aux pertes humaines qui lui étaient assez proches,

Mais chut, il faut avant tout Sauvez Jen, même si elle est vieille de plusieurs millions d’années, elle vaut la peine qu’on se décarcasse pour sa carcasse.

Notre shérif et ses fidèles fantômes nous offrent une nouvelle enquête bien rythmée, pimentée d’humour, peut-être un peu plus sombre mais toujours aussi palpitante.

N’en déplaise au FBI, notre shérif n’est pas prêt de prendre sa retraite et c’est tant mieux.

Que ce soit dans l’univers littéraire ou cinématographique, Craig Johnson a su imposer Walt Longmire dans le paysage américain avec talent et réussi de ce fait à perpétrer certaines traditions indiennes, un bel hommage à ce peuple trop souvent oublié et maltraité.

Un emblématique shérif, des cow-boys, des indiens, un décor à couper le souffle de quoi faire des émules à travers le monde.

Vivement le prochain épisode…

Pour info :

Craig Johnson a grandi dans une petite ville du Midwest qui, malheureusement pour sa mère, était traversée par une voie ferrée. À l’âge de huit ans, il profite du fait que le train ralentit à chaque passage pour embarquer clandestinement. C’est sa première escapade dans le vaste monde qui s’achève lorsque son père, après avoir parcouru près de six cents kilomètres, vient le récupérer dans une gare de triage où le garnement a été repéré.

Après ses études, c’est chargé d’un sac de surplus de l’armée et d’un pistolet semi-automatique Colt que Craig se rend dans l’Ouest en auto-stop. Petit-fils de forgeron, il n’a pas de mal à se faire embaucher dans plusieurs ranchs du Montana et du Wyoming, et il fait même quelques incursions dans l’univers du rodéo. Il ne se débrouille pas trop mal aux épreuves de dressage, mais son lancer de lasso est assez minable.

Par la suite, il se balade pas mal à travers les États-Unis après l’obtention d’un doctorat d’études dramatiques, il devient pêcheur professionnel, chauffeur routier, charpentier ou cow-boy. Il enseigne également à l’université et fait un temps partie de la police de New York avant de se consacrer pleinement à l’écriture.

Son premier roman, Little Bird (The Cold Dish en VO), paraît en 2005 aux États-Unis. Il met en scène le shérif Walt Longmire et constitue le premier volet d’une saga qui compte à ce jour douze titres et fait régulièrement partie des listes de best-sellers aux États-Unis. Le douzième roman de la série y a été publié au printemps 2016.

La série Longmire, adaptation télévisée de l’univers de Craig Johnson, a connu un immense succès aux États-Unis. Elle est diffusée en France sur la chaîne D8.

Craig vit avec sa femme, Judy, au pied des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. Son ranch est situé à la confluence des rivières Clear Creek et Piney Creek, à la sortie de Ucross, population 25 habitants. Il n’y a pas de voie ferrée.

Je remercie les Éditions Gallmeister pour cette aventure dans le Wyoming avec mon shérif préféré.

5 réflexions sur “Dry Bones

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s